No entries have been mapped yet.
1
Paris-Charles De Gaulle

D-Day

Ça y’est je pars. C’est avec les idées pas très claires malade et quand même un peu angoissée que je me réveille. Une dernière épreuve avant le départ : dire au revoir à Elias 😉.

Mais je pars bien entourée à l’aéroport et après avoir explosé un peu plus l’écran de mon téléphone dans le hall 2E je vais embarquer pour 11h de vol jusqu’à Canton !

Quand j’arrive dans l’avion mon voisin de siège explique au téléphone à son pote qu’il l’appellera une fois arrivé à Sydney. En fait pas grand monde dans l’avion ne va à Canton... on va vite découvrir pourquoi.

2
Canton

L’art de la communication en chinois

Arrivée à Canton : je viens de comprendre pourquoi des millions de gens dans le monde entier se baladent avec un oreiller/tour du cou trop moche accroché à leur sac ou leur valise. C’est vraiment trop confortable. Je n’ai jamais aussi bien dormi de ma vie dans un avion.

Du coup c’est plutôt guillerette et l’esprit alerte que j’arrive à Canton. Bon. Eux ils sont un peu moins guillerets et ils arrivent même à me faire douter de mes choix de livres sur mon Kindle.

Après un passage express à travers les rayons X je pose enfin le pied sur le territoire chinois. Je me rends compte qu’autour de moi plein de gens ont mis un masque, je m’approche de la fenêtre et je vois ça.

En fait c’est simple on ne voit rien. On dirait que l’aéroport est posé au milieu d’un nuage. Alors que j’en suis à me demander si c’est de la brume ou de la pollution un homme qui me voit prendre des photos me fait un grand sourire et me demande « you like Canton ? ». Je lui explique que je n’ai pas vu la ville car je suis seulement en escale, il ne comprend visiblement rien mais il a l’air content de ma réponse et me fait des signes 👍 en faisant se pousser les autres gens pour que je puisse prendre ma photo. Ça me donnerait presque envie d’aller à Canton tiens.

3
Jervis Bay

Sur la route de la plage

Départ à 8h pour 4 jours de camping au sud de Sydney dans des parcs nationaux avec Lina et ses colocs. Au programme plage et kangourous on fera abstraction de la distinction kangourou wallabies parce que je ne suis pas sure de l’orthographe de wallabee.

C’est parti !

La côte est super belle : plages paradisiaques et forêts verdoyantes.

Et apparemment y’a aussi pas mal de poissons.

Le soir en arrivant au camping on se rend compte que les emplacements sont tous pris. Un australien nous explique que le camping est legally full but the rangers are not patroling the beach before 10am. Dormir sur la plage c’est plutôt sympa non ?

4
Meroo National Park

À la poursuite de l’illicite

On repart tôt.

Sur le chemin je découvre qu’ici les jours fériés tout coûte plus cher répercussion directe du coût de la main d’œuvre ou arnaque au consommateur je n’ai pas eu le fin mot de l’histoire.

On arrive sur LA plage des kangourous en fait c’est des wallabies et c’est comme ça que ça s’écrit. C’est pas du tout craintif, ils posent devant les caméras pour peu qu’on leur donne un peu à manger.

Après une aprem de bronzage en règle.

On se met en quête d’un lieu ou camper. Même scénario que la veille tous les campings sont pleins. On s’arrête donc sur le choix d’une plage magnifique et quasi déserte.

Bon, entre temps on apprend que l’amende pour camper sur la plage est de 300$ y’a débat pour savoir si c’est par personne ou par campement et qu’en Australie en dénonçant quelqu’un qui commet l’infraction on récupère la moitié de l’amende du coup on commence à stresser que le couple de pêcheur sur la plage passe un petit coup de fil aux Rangers.

Niveau de stress : gérable.

5
Murramarang National Park

Nouveaux amis

On arrive sur une plage encore sur laquelle y’a des dizaines de wallabies !!

Dernière nuit de camping sur une plage encore et toujours !

6
Jervis Bay

Blancheur*2

Histoire de mettre un peu de piment dans le week-end on décide de commencer notre dernière journée par aller sur une nouvelle plage.

On observera que mon bronzage a encore quelques axes d’amélioration mais parfois la blancheur a du bon, pour preuve la dernière plage du week-end : Hyams Beach.

7
Sydney

Welcome to Bondi

Je crois que les plages c’est pas fini...

J’ai décidé de me faire une première journée en douceur pour découvrir Sydney du coup ça commence par une balade à la plage.

Et puis vu que c’est ma première journée de visite seule je tente le selfie premier d’une longue liste, faudrait que je commence à demander aux gens de me prendre en photo oups.

Cadrage au top avec en exclu les poubelles de Bondi Beach j’avais pas vu 😳

Ensuite déjeuner au Surf Boutique Café, ils vendent des planches de surf, y’a des jus de légumes au chou Kale, les clients sont pieds nus et les pailles en verre. J’adore tellement que j’y suis restée 3h.

Ensuite une balade dans Sydney fort enrichissante avec des monuments en tout genres ça c’est la grande synagogue de Sydney

La biennale d’art contemporain

Et des quais sympas mais où on peut rien faire.

Et surtout, surtout, encore des selfies...

8
Sydney

C’est pas pareil avec le soleil

Direction The Rocks le quartier « historique » de Sydney en vrai ça fait deux rues donc pour l’histoire on repassera mais c’est l’occasion d’aller voir le fameux opéra et le pont.

Alors vu qu’il fait gris disons que le bâtiment a un peu moins d’éclat. Je la tente avec un filtre.

C’est toujours pas ça mais le point important c’est qu’aujourd’hui pas de selfie !

Enfin si juste un au Musée d’Art Contemporain

Bon juste à côté y’a aussi le quartier CBD central business district pour les intimes et c’est un peu moins historique, un peu plus gigantesque mais ils ont mis des arbres alors ça passe concrete jungle oui.

Direction Surry Hills pour quitter les travailleurs en cravates et tailleurs ou en jogging vu qu’ils sont des centaines à apparemment passer leur pause déjeuner à courir.

Donc Surry Hills c’est petites maisons colorées et cafés-librairies avec des desserts sans gluten beaucoup plus mon environnement naturel.

Du coup pour essayer de m’intégrer un effort nécessaire quand on voyage hein je me prends un petit smoothie en terrasse. Dur,dur la vie.

9
Coogee

Bondi to Coogee

Bondi to Coogee c’est une balade d’environ 2h sur la côte.

Ça commence ici.

Et ça finit là.

Et sur le chemin on peut voir une petite crique

(Parfaite pour un selfie)

Encore une crique

Un oiseau

Et puis bizarrement un cimetiere

Ou encore un terrain de rugby...

Bon l’important c’est qu’après avoir croisé 216 australiens qui courraient à quel moment de la journée ils arrêtent de faire du sport, je ne sais pas sous la chaleur écrasante j’ai pu m’étaler sur la plage pour tout le reste de la journée.

10
Sydney

TGIF même en vacances le week-end c’est sympa

Ce matin, vêtue du mon plus beau short et de tongs particulièrement classes je suis allée visiter le quartier huppé de Paddington.

Bon comme tous les quartiers de Sydney, la base c’est des petites maisons..

Et puis j’arrive au « Centennial Park » qui a : un siècle et de l’herbe. Dingue !

Mais on voit bien au soin accordé aux plantes qu’à l’intérieur ce n’est pas une colocation de 12 personnes entre 18 et 25 ans parce que croyez moi les plantes c’est le cadet de leurs soucis

Beaucoup, beaucoup d’herbe...

Allez. Bon week-end.

11
Sydney

Countryside

Dimanche presque à la campagne dans le quartier d’Alexandria.

En plus y’a des brumisateurs j’adore

Dimanche détox 😎 avec des burgers hein

Et puis je m’envole vers Cairns pour aller faire de la plongée le long de la plus grande barrière de corail du monde. J’espère y croiser 🐠🐟🐋🐬 et peut être même 🦈.

12
Cairns

L’angoisse d’une parisienne

Arrivée hier soir dans la douce ou pas ville de Cairns, j’ai enfin vécu mon premier moment de malaise du voyage.

Moi après 3h d’avion naïve et enthousiaste à l’aéroport me faisant une joie de découvrir une nouvelle ville.

En arrivant à l’auberge 19h hein tout va bien, je demande innocemment quels sont les possibilités de se nourrir aux alentours. Là ça commence déjà un peu à m’inquiéter puisqu’on m’explique qu’à cette heure ci les cafés et restaurants à côté sont fermés à part le Subway 😑 mais qu’il y a un centre commercial à 20mn de marche 😳.

Vu que j’ai la pêche je me mets en route. Et là c’est le drame.

Donc j’ai marché 20 minutes dans l’obscurité, j’ai croisé 3 voitures et 1 adolescent à vélo. J’ai vu aucun commerce aucun restaurant. Rien. Tout ça pour y arriver dans un centre commercial entièrement fermé avec juste le supermarché ouvert. L’angoisse. J’étais tellement pas rassurée que j’ai même un peu couru sur le chemin du retour.

Bon en vrai le lendemain en allant à mon cours de plongée 🙊 ça avait déjà l’air plus normal et vivant surtout.

13
Cairns

Cairns, enquête exclusive

Après deux jours ici je vous livre une analyse fine et détaillée de cette ville. Qui est en fait très bizarre et c’est pas seulement parce que y’a personne dans les rues le soir.

C’est une ville tropicale comme en témoignent ces arbres majestueux

Ou l’auberge sobrement appelée Tropic Days 😁

Une ville où les habitants sont assez pauvre et la majorité des maisons ressemble aux premières que l’on a créé en jouant aux Sims avant de découvrir les codes pour avoir de l’argent illimité.

Et sur la base d’une étude chiffrée menée par l’institut memyselfandi plus de la moitié des gens dans la ville sont des touristes.

On trouve en vrac :

- des australiens à la retraite dorée pour eux quelques hôtels de luxe au bord de la mer, une boutique louis Vuitton et un restaurant hors de prix et vide,

- des centaines chiffres 2018 memyselfandi : peut être même des milliers de « backpckers » dont certains se sont installés d’où les 37 auberges de jeunesse de la ville.

- Des cars de touristes chinois pour qui l’intégralité de l’esplanade la promenade le long de la côte en fait mais bon ils l’ont appelée l’esplanade 🤔 a été traduite.

Voilà l’esplanade aka le seul endroit où y’a encore des gens après 18h.

Et c’est bien aménagé en plus

Y’a même des barbecues tout le long de la côte.

Et puis un marché de nuit où l’on vend des sarouals multicolores, des casquettes Cairns ou encore des peaux de Kangourou.

Bref en fait une ville côtière entièrement construite sur l’industrie du tourisme qui doit être bien déprimante en hiver même s’il doit pas faire très froid quand les touristes la délaissent.

14
Grande barrière de corail

Underwater 🐠

2 jours de cours et de piscine + 3 jours sur un bateau + 9 plongées à 18 mètres plus tard je suis officiellement une plongeuse certifiée youhouuu🏅 ça veut dire que je peux plonger ou je veux quand je veux dans le monde 🌍.

Les 3 jours au large de la Grande Barrière de Corail ont été incroyables 🤩

J’ai vu des dizaines de coraux differents, des poissons tropicaux de toutes les couleurs, des poissons-clowns, une étoile de mer, des tortues et même une tortue géante d’environ 5metres de long 🐢 ! Et puis des raies, des requins 🦈 pendant la plongée nocturne, frissons assurés !

Le rythme était plutôt intense avec 3 plongée par jour dont la première vers 6h du matin ! Les journées passaient lentement, au soleil sur le pont parce que vu la taille de la chambre c’était pas l’endroit où passer du temps...

Donc 3 jours au soleil avec même un arc-en-ciel 🌈 une mer magnifique et plein de sourires.

En exclusivité pour vous mon sourire (et ma coupe de cheveux) après 55mn sous l’eau .

15
Cairns

Les questions que tout le monde se pose vraiment tout le monde

Selfie d’illustration.

On profitera de ce que mon vol de retour à Sydney ait été annulé et que je doive donc passer 4h à attendre le prochain à l’aéroport avec le mal de terre oui c’est vrai pour faire un bilan sur ce pays qui m’accueille depuis déjà 2 semaines.

Où sont les aborigènes ? Question qui m’est apparue alors que je tentais en vain de deviner l’origine d’un serveur. J’ai donc tapé « aborigènes Australie » sur Google en me demandant innocemment si je ne les avais tout simplement pas remarqués dans les rues de Sydney. Et bien non. En fait les aborigènes ont la peau noire et vu que Lina avec son bronzage est peut être la personne la plus foncée que j’ai croisé à Sydney. Comment dire, l’équation ne fonctionne pas. D’autant plus que l’hypothèse d’un métissage massif avec les arrivants anglais ne semblait pas très plausible. J’ai donc patiemment repris mes recherches Google et j’ai découvert qu’a Sydney les aborigènes ne représentent que 3% de la population et que beaucoup vivent dans des « Territories » équivalent australien des réserves indiennes aux USA. Raccourci qui se vérifiera à Cairns : \240les aborigènes sont un peu les indiens australiens. Dans tous les sens du terme malheureusement.

Les australiens ont-ils plus soif que les européens ? Faut croire que oui puisqu’ils se sont amusés à créer un modèle de cannette de 37,5cl au lieu de 33 comme dans les pays occidentaux. Google ne m’a pas aidé à trouver la raison qui les a poussés à déformer le design si équilibré de la cannette. J’attends que l’on me fournisse une explication : le peuple a le droit de savoir !

Les habitants de Sydney pas d’inspiration sur le nom qu’ils portent désolée sont-ils obsédés par le sport ? Oui, oui et encore oui. Et ça m’agace ! Certes, ils travaillent mais étant donné qu’on les voit courir le matin avant d’aller au travail, le soir après le travail, mais je vous promets qu’il y a d’autres manière de profiter de la vie le jeudi soir à 22h30 ! et même le midi pendant la pause déjeuner, je m’inquiète fortement de la diversité de leurs loisirs si tant est que l’on considère le jogging comme un loisir hein. Même sur la plage lieu sacré du farniente ils ne peuvent pas s’empêcher de surfer, de jouer au volley ou même pire... de courir ! En même temps vu le peu de cinémas dans la ville de Sydney, que c’est pas la folie non plus niveaux librairies super alternatives au volley les livres hein \240que les restaurants ferment vers 21h30 et que de toute façon les clubs c’est de 20h à 1h30... disons que ça laisse du temps pour le jogging tout ça.

Le mal de terre ça existe ? Positif ! Le mal de mer je ne peux pas vous le confirmer d’expérience mais d’après les 5 personnes qui ont passé le trajet en bateau à rendre leurs tripes et le pauvre Nadav qui s’est fait rapatrier sur la terre ferme le deuxième jour, ça existe et ça peut être violent. Le mal de terre en revanche c’est un mal tout en douceur. Une légère sensation d’avoir la tête qui tourne dès que l’on est immobile sur la terre ferme. Pas grave donc mais quand on est à l’aéroport en train d’essayer d’expliquer à l’hôtesse de TigerAir qu’on aimerait se faire rembourser, vu que notre vol a \240été annulé et qu’on doit attendre 6h dans l’aéroport de Cairns tellement minuscule qu’il n’y a que trois boutiques imaginez le cauchemar’ c’est assez désagréable d’avoir l’impression de sortir d’un apéro.

16
Sydney

La balade dominicale

De retour à Sydney, petite balade dans le quartier de Newtown. Jamais vu autant de restaurants asiatiques dans une même rue. Bon, peut être en Asie.

Quelques tags

Un quartier un peu plus bohème et étudiant que le reste de Sydney avec quand même son lot d’épiceries en vrac et de boutiques de cosmétiques bios. Et j’ai même pas craqué !

En revenant je suis passée par le quartier de Chinatown de Sydney, comme toute ville du 21ème siècle qui se respecte...

17
Sydney

Le lundi au soleil

Superbe temps à Sydney, j’en profite pour retourner sur les quais à côté de l’opéra. C’est vrai que ça a quand même plus de gueule comme ça hein !

Du coup on refait le selfie...

On remarquera l’éclat du sourire : mes remerciements au dentifrice Souakine dont l’import depuis le Maroc est assuré par la famille Krief depuis 2006.

Il fait beau et chaud, on est tellement bien qu’on se laisserait presque tenter par une invitation si chaleureuse.

Je sais pas pourquoi mais je me méfie toujours des trucs gratuits...

On finira la journée par une sieste nécessaire sur la plage vu que je me suis endormie dans le bus. Qui aurait cru que c’était si fatiguant d’être en vacances 😎

18
Sydney

Le mardi c’est pas pareil

Bon on peut pas avoir de la chance à tous les coups. Et aujourd’hui il fait moche. Ça tombe bien ou pas on a justement prévu avec Lina de passer la journée à la plage de Manly de l’autre côté de la baie de Sydney.

Du coup exit les maillots de bains on mets nos Kway et direction le ferry 🌧

On fait quand même une photo devant la plage en souriant très fort pour oublier que dans le bus ils ont la clim à fond et que du coup on se les pèle.

Et on remerciera le touriste qui nous a prises en photo de nous avoir posé la question à 10 millions de dollars australiens. LA question que tout le monde nous pose en ce moment : are you twins ?

19
Montagnes Bleues

Ça use, ça use...

Je suis dans un train de bon matin. Mais, mais, pourquoi ? Pour aller où ? Il y a des trains en Australie ?? Je sais le suspense est insoutenable.

Du coup je préfère vous expliquer tout de suite : je vais à Katoomba. Katoumbquoi ? Ça vous avance pas trop en effet.

Katoomba c’est l’une des villes qui se situe dans les Blue Mountains. Attention parenthèse intello 🤓 : que l’on appelle les montagnes bleues car elles sont recouvertes d’arbres d’eucalyptus. Vous inquiétez pas ça vient. Et l’eucalyptus sous la chaleur libère des vapeurs d’huile qui agrémentent ces montagnes de magnifiques reflets bleutés grace à la réflexion de la lumière.

Pour être honnête vu que le soleil n’était pas vraiment au rendez vous c’était pas hyper bleu non plus hein.

Je commence par une marche de 3h qui ma foi s’annonçait fort sympathique.

Bon en fait après quelques minutes de marches je me rends compte que premièrement on est vachement haut.

Et que visiblement la première heure de trajet se déroule dans des escaliers à flanc de la montagne. Exemple ci-dessous.

Autant vous dire que j’ai pas pris beaucoup de photos j’étais occupée à tenir la rambarde de toutes mes forces et avec les deux mains en me demandant comment dire vertige en anglais en cas de craquage et y’a un moment où on était vraiment pas loin du craquage : j’ai failli m’asseoir sur les marches, ne plus bouger \240et pleurer en attendant que mort s’ensuive mais je voulais pas traumatiser les deux enfants derrière moi.

Une fois arrivée en bas dans la forêt l’ambiance est un peu plus ahahah détendue.

Tellement plus détendue que je tente même le selfie rigolo un art compliqué apparemment.

Mais après la pause cascades il a bien fallu remonter tout ce qu’on avait descendu.

Après ces 3h là j’avais un peu la flemme d’aller faire une deuxieme balade.

Et puis j’ai rencontré deux couples de randonneurs qui ont gentiment proposé de me déposer en voiture aux cascades de l’autre côté. Pour la petite histoire un couple d’américains qui venait rendre visite au couple australiens qu’ils avaient rencontrés il y a 6 ans lors d’un voyage organisé dans les dunes de Merzouga...

Du coup j’ai fait un super picnic aux pieds des Katoomba Falls. Et je suis remonté tout en haut.

Bon, pour moi elles sont plutôt vertes les Blues Mountains 😉

20
Sydney

Bondi c’est fini NDLR en réalité cette rime ne fonctionne pas car Bondi se prononce Bondaïe mais l’auteur a sciemment décidé de ne pas s’encombrer de ce détail.

Pour cette dernière journée à Sydney, il fait un temps plutôt moyen et j’ai des courbatures aux chevilles véridique du coup le programme c’est doucement l matin #grassemat et pas trop vite non plus l’après midi #sieste.

On je commence à parler de moi à la troisième personne du singulier le jour où ça bascule à la première du pluriel faudra quand même s’interroger a quand même fait un dernier tour à la plage.

21
Kuala Lumpur

Le doux plaisir de partir pour continuer les vacances !

Je crois que y a 80% des jeunes de la communauté libanaise de Sydney apparement y’en a une du coup qui sont dans mon vol pour aller à un enterrement de vie de garçon à Phuket. Autant vous dire que y’a de l’ambiance.

En tout cas je suis arrivée à Kuala Lumpur avec une énorme dalle et envie de mourir d’ennui après 8h de vol sans films à disposition en plus avec un vol à 11h du matin on s’est pas levé trop tôt, la journée commence on pète le feu et pas trop envie de dormir du coup. Donc j’ai lu 2 bouquins et j’ai observé intensément le siège devant moi.

Et sinon y’a des morceaux de pain dans mon curry.

22
Pa Tong

La descente aux enfers ouais au moins

Je me réveille en Thaïlande aka le pays des scooters.

Et des massages aussi. Du coup bim direct au réveil je vais me faire masser. Ça tire, ça appuie dans tous les sens mais \2402h après je ressors avec un nouveau corps je me suis fait marcher dessus quand même.

Il fait ultra méga chaud et lourd du coup même si la ville de Phuket est mignonne avec ses maisons colorées va falloir vite songer à mettre le cap sur la plage.

Je dégaine les 3 outils sélectionnés pour la réussite de la mission Thaïlande.

Et innocemment je prends le bus vers Patong, la plus grande plage et ville côtière de la province de Phuket et surprise c’est bondé de monde.

Du coup je fais aussi un petit tour dans la ville de Patong. Et là c’est le drame.

Entre les bars à thème peaux de kangourous, drapeaux russes ou rap français c’est au choix pour etre sur de pas être dépaysé, les centaines de rabatteurs qui proposent 100 shots pour 3000 bahts et les salons de « massage » qui font de l’œil aux touristes solitaires je suis dépassée. Et pas trop à l’aise. Et perplexe devant les parents qui se baladent avec leurs enfants dans les rues de Patong. Et un peu triste pour les thaïlandais. Et un peu remontée contre le tourisme de masse

Heureusement le coucher de soleil est beau même si y a toujours plein de monde hein.

23
Phuket

Comme un phœnix

Phuket et moi on fait table rase du passé et on repart sur de nouvelles bases.

Je reprends le bus mais direction Nai Harn une plus petite plage pas folle la guêpe.

Y’a quand même un peu de monde on va pas se mentir.

Je vous présente le prix l’innovation 2018 de la lutte contre le cancer de la peau. La crampe au bras c’est cadeau.

Pause épicée : salade de papaye au bord de la mer là ça commence déjà à aller mieux.

Et quand je rentre à Phuket Town, surprise le marché de nuit qui se prépare. Là ça va encore mieux !

Ça sent bon, tout a l’air délicieux, l’artère principale est animée, j’adore !

Du coup le thème de ma soirée a été poisson et friture avec notamment ces petits feuilletés arrosés d’un énorme milkshake à la coco. Là je suis au top 👌.

Et puis une touche finale tout en musique avec ce - chanteur, devrais-je l’appeler artiste, amateur de rock, je ne sais comment le qualifier - thaïlandais en super forme qui a mis le feu à la foule en se lançant dans une interprétation habitée des Pink Floyd et plein d’autres chansons encore.

Là je suis vraiment super bien 🤩

24
Phi Phi Islands

I’m on a boat

J’aimerais témoigner du fait que manger du riz gluant à la coco et et à la mangue tous les matins ça n’a pas de prix.

C’est même magnifique 😉.

Journée en bateau pour aller sur l île de Koh Phi Phi et ses baies magnifiques askip.

En attendant le bateau, un selfie dans une cabane. Et pourquoi pas ?

Bon comme prévu c’est beau.

Y’a une plage avec plein de singes 🐵

C’est même très beau.

Sarah heureuse de voir de beaux paysages.

C’est même magnifique 😉

25
Phi Phi Islands

Les dents de la mer

Journée de plongée à l’île de Koh Phi Phi je vous préviens c’est du lourd.

En pleine forme à 8h je rencontre mes deux « buddies » c’est le terme consacré de plongée.

C’est parti pour la première plongée delà journée y’en a 3 de prévues dans 3 spots différents.

Alors pour commencer on voit plein de poissons étonnant hein

Et le fameux poisson clown tellement popularisé par le dessin animé que tout le monde l’appelle le Nemo. ouais même le guide de plongée il dit « today we will see Nemos ».

Pour la petite histoire, dans le dessin animé Nemo s’enfuit après la mort de sa maman et son père se lance à sa recherche. En vrai les poissons clowns se reproduisent avec leur progéniture dans le cas du décès de la génitrice. Je laisse à votre libre imagination une potentielle réinterprétation de l’histoire susmentionée..

Et aussi de superbes étoiles de mer. Qui sont bleues oui toute notre vie on nous a bercés d’illusions en \240nous montrant uniquement des étoiles de mer rouges, c’est le moment de mettre fin à ce complot pour que la vérité éclate au grand jour. Preuve en est ce magnifique spécimen.

J’ai pas retenu le nom de tous les poisons mais celui-ci est un poisson-globe étoilé.

Du coup là j’ai plus le nom mais ça doit avoir un lien avec ses piques .

Des champs d’anémones ...

Et là on est tranquillement en train de remonter de la dernière plongée de la journée quand tout a coup....

BAM 💥 UN REQUIN !!

Et pas n’importe lequel, un requin-baleine quilesure près de 10 mètres de long.

C’est impressionnant et beau mais parfois ça fait un peu peur quand il s’approche hihi 😬

Bon je vous rassure ce requin tient en fait surtout de la baleine: il n’a pas de dents et il mange du plancton. Mais ça je l’ai su après seulement...

26
Khao Sok National Park

La saison des pluies.

Depart pour le parc national de Khao Sok. La propriétaire de l’auberge qui est soit dit en passant extrêmement serviable et gentille et aidante comme la plupart des thaïlandais propose de commande un moto-taxi pour m’accompagner à la gare routière 5 fois moins cher qu’un vrai taxi et très courant en Thailande donc je dis oui.

Quand il arrive en fait sa moto est une mobylette et le chauffeur doit faire mon gabarit. Du coup je me demande comment il aurait réagi si j’étais un grand néerlandais d’1m97 et je préfère ne pas imaginer la réponse.

Après 4h de bus, voici Khao Sok, ses montagnes verdoyantes, important de le noter pour la suite et le petit village situé à l’entrée du parc calme et paisible .

Je décide de faire une petite balade dans la nature.

Après 10 minutes seulement je suis stoppée net dans mon élan. Il pleut et il pleut violemment. Surprise par cet orage intense. Je décide de m’abriter au seul endroit à portée de vue.

Et ouais. Je suis sous une maison. Vraiment en dessous.

Pendant l’heure et demie qui suit en plus de me lancer dans une fine analyse des différents bruits des gouttes \240et de leur corrélation avec la puissance de la pluie et le sens du vent je me dis aussi que vu la chaleur qu’il fait et la couleur des arbres ça parait en fait assez logique qu’il pleuve. Et beaucoup.

Document historique témoignant des us de l’homo sapiens en cas de perturbation météorologique.

27
Khao Sok National Park

Why are you all wet, baby ? Parce qu’il pleut encore des cordes Leonardo. Et que mon Kway s’arrête à la taille. Et que y’a pas de maison sous laquelle se cacher dans un bateau.

Je suis encore sur un bateau.

Balade sur le lac de Khao Sok.

Déjeuner flottant

Et départ pour une petite marche façon de parler hein parce que c’était rythme course à pied pendant 2h avec saut d’obstacles et nage en option donc plutôt un triathlon leur truc là digestive dans la jungle

Le grand moment de la journée c’est la partie de la randonnée qui se passe dans une grotte.

Mais vu qu’une partie de la grotte est immergée et qu’en plus je voyais pas grand chose parce que j’ai pas réussi à comprendre s’il fallait que la frontale pointe vers le haut pour observer ou vers le bas pour pas tomber j’ai fait un choix d’orientation assez douteux et ben j’ai pas de photos.

Mais y avait des milliers de chauves-souris, des araignées grosse comme ma main ouverte la main qui mangeaient tranquillement des criquets. Tout ça dans une obscurité quasi totale avec en bruit de fond les hurlements alternés des 3 anglaises avec moi. Et le guide qui se marrait bien à leur jeter de l’eau dessus ou à crier spiiiider. Une ambiance de folie.

Et puis sur le retour on commence à comprendre pourquoi le guide est en mode accéléré. Indice : verdoyant.

Du coup l’orage éclate sur le retour et si lui il s’en fout, on était 6 personnes en position fœtale sous une pluie torrentielle pendant les 2 heures de bateau. Et c’était rigolo.

28
Ko Samui

10 heures plus tard

Je quitte Khao Sok à 8h30 direction l’île de Koh Samui. Un trajet dont j’ai acheté le billet à l’auberge sans me douter qu’il serait ponctué de si nombreux types de transports.

Après avoir pris : un pick-up, un mini van, un bus, une navette, un ferry et encore un taxi....seul le trajet en ferry a eu droit à des photos hein

J’arrive donc à Koh Samui à 18h30 où une chambre d’hôtel m’attend. Dormir seule dans une pièce pour la première fois depuis 1 mois ça fait plaisir 🙃

29
Ko Pha Ngan

D’île en île 🌴

Après une journée pluvieuse qui m’a notamment permis de profiter de manière extensive du buffet de l’hôtel et de dormir des heures je reprends ma route vers Koh Phangan.

Selfie dans le minivan ça faisait longtemps.

Ferry encore et toujours je suis à une moyenne de 5 bateaux par semaine.

30
Ko Pha Ngan

Full Moon 🌕

Après une journée de détente au bord de la piscine...

On se prépare pour la Full Moon Party, une énorme soirée sur la plage de l’île qui a lieu tous les mois à l’occasion de la pleine lune cqfd.

Pour illustration un magnifique selfie à deux avec Kelly une canadienne rencontrée alors que je lavais conscieusement mes habits dans un lavabo de l’auberge.

Et bon lundi 😉

31
Bangkok

On the road again

Lendemain de fête et déjà le départ. 4h de bateau ça devient une habitude et je prends un bus de nuit pour Bangkok.

Selfie en position presque allongée, quelque part en Thaïlande.

32
Bangkok

Guess what 🚤

C’est reparti pour un tour en bateau ou course.

Sur les canaux de Bangkok, que l’on surnomme parfois la Venise asiatique je vous préviens la visite était guidée alors il va y avoir de l’info. Beaucoup d’infos.

Visite d’un temple.

L’occasion d’apprendre plein de choses sur le bouddhisme et de les partager hein.

Déjà l’énorme avantage c’est que pour être moine pas besoin de s’engager pour la vie. C’est un engagement temporaire, 7 jours d’apprentissage et après on peut rester dans le temple aussi longtemps qu’on veut de 2 semaines à plusieurs années donc. Du coup beaucoup de thaïlandais le font au moins quelques jours dans leur vie, c’est un rite de passage en quelque sorte quand même un peu contraignant vu qu’il y a 227 règles à respecter quand on est moine bouddhiste.

J’ai même pu m’initier à l’art divinatoire bouddhique : on secoue des bâtons avec des numéros et le premier à tomber sur le sol donne l’indication du présage des petits morceaux de papiers qui sont dans le temple. Pour info le mien disait « Bright future ahead » du coup j’ai trouvé ça plutôt réaliste.

Selfie rare d’une chenille.

Peut être plus impressionnant que la chenille, également croisé sur le fleuve : un varan petit d’après la guide hein.

Et puis on a aussi croisé des vendeurs sur leur bateau y’a de tout, de la nourriture, un supermarché flottant, des vendeurs de vêtements et même un facteur.

Galettes grillées fourrées à l’oignon et au taro. On notera le bol en feuille de bananier, ecolo et photogénique. On adore. Oui, on c’est moi.

Direction une plantation d’orchidées dont la Thaïlande est le premier exportateur mondial la culture c’est comme la confiture et là je l’étale.

Mais saviez-vous qu’une plante d’orchidée mets près de deux ans avant de donner ses premières fleurs ? Oui moi non plus je savais pas.

On arrive près d’un marché flottant pour le déjeuner.

Les thaïlandais sont au top niveau street food et voici la sélection officielle du jour.

Retour sur la terre ferme.

33
Bangkok

Tuk Tuk Time

Ce qui est cool en Thaïlande c’est que y’a pas d’heure pour manger du riz vu que c’est leur petit dej accompagné de viande ou des nouilles d’ailleurs.

Du coup à 11h direction ce restaurant trop mignon avec mes roomies

Mais

Et on se fait une visite de Bangkok en tuk tuk. Le deal : on ne paie pas si on s’arrête dans 4 magasins dans lesquels le chauffeur récupère des coupons d’essence en échange d’un minimum de 10 minutes passées à regarder et résister aux assauts des commerciaux qui essaient de nous vendre au choix des diamants, des vêtements sur mesure ou des package de voyages avec train, balade à dos d’éléphants et j’en passe.

Mais on s’en fout on adore taper la discut aux vendeurs et on a même craqué pour des boucles d’oreilles dans une petite fabrique.

En tout cas lui il est content de son aprèm.

34
Bangkok

Temple style

Après une tentative ratée - apparemment c’était une sorte de Buddha morning réservé aux fidèles - de visiter le Grand Palace, on là je suis avec une néerlandaise de ma chambre, pas d’inquiétudes l’emploi du pronom est justifié se rabat sur Wat Arun ce qui est pas trop mal non plus et donne l’occasion de prendre un ferry yeessss !

C’est beau, c’est plein de jolies petites deco, j’adore. Mais je suis pas encore au top pour choisir les cadres de mes photos.

Le cadre c’est pas tout à fait ça non plus en revanche on s’arrêtera sur le look du jour qui vaut le détour pardonne-moi Cristina.

Et on continuera la visite avec une info de taille : quand les statues de Bouddha ont les yeux ouverts ou comme ça 😌 genre un tout petit ouvert exemple ci-dessous \240c’est une représentation de Bouddha vivant. Quand il a les yeux fermés, c’est une représentation de Bouddha après sa mort.

Bon ensuite on a fini par pouvoir aller au Grand Palace sous une chaleur écrasante et en plus c’est as comme s’il faisait beau hein.

Cette profusion d’or, de détails et de brillance c’est impressionnant.

Bling bling à souhait aussi.

Après cette balade épuisante, petite balade en bus ouais j’aime bien tester tous les moyens de transports dans une ville qui sont tous équipés en distributeurs de tickets et lecteur de cartes genre pour valider sa carte Navigo ou que sais-je mais pour une raison inconnue un lancement prévu en grandes pompes en 2019, un rachat de ces bus à un autres pays, une erreur colossale dans le système informatique tout ce matériel est inutilisé. On donne son argent à la contrôleuse qui le range dans sa petite caisse métallique et nous tend gentiment en échange un ticket en papier.

Et pour finir balade le long de la rivière.

35
Ayutthaya

Les temples : le retour

Direction la province d’Ayutthaya qui fut la capitale du royaume Thaïlandais quelque part au 14eme siècle jusqu’à sa destruction suite aux guerres successives avec les birmans. Et ouais aujourd’hui ça rigole pas à prendre des selfies comme ça, on se cultive aight..

Visite d’un premier temple ils seront nommés selon leur ordre de visite hein faut pas abuser non plus j’allais pas retenir les noms en thaïlandais. Enfin si quand même j’ai retenu que temple c’est Wat que l’on appellera sobrement Wat 1.

Dans le Wat 1 y’a plein de bouddhas qui ont encore leur tête à noter pour la suite et qui ont même de jolies petites tenues cousues main.

Apparté : dans le bus il y avait ce sticker. Chauffeur au second degré bien rodé ou maniaco-dépressif qui ne supporte plus les aisances des touristes ?

Bref en arrivant au Wat numéro 2 on découvre un super Bouddha allongé d 46 mètres de long quand on voit ça on trouve ça cool et impressionnant mais quand la guide du site t’explique que c’est le 4ème plus grand du pays t’as un petit goût amer dans la bouche genre j’ai raté le podium.

Et puis une superbe tête de Bouddha au cœur d’un arbre. C’est l’heure de la légende du Bouddha dans le tronc d’arbre youhou.

Il y a fort fort longtemps apparemment les rois thaïlandais faisaient des offrandes genre bijoux, or, pierre précieuses les cadeaux du roi quoi aux temples. Pour une raison non identifiée pénurie de coffres forts ou symbole bouddhiste ces offrandes étaient conservées dans les têtes des statues de Bouddha. Bien entendu tout le monde était au courant pas discret le roi du coup un roturier affamé a un jour tenté de voler la tête d’une statue pour se saisir du butin contenu à l’intérieur. Pas de chance il s’est fait arrêter en même temps difficile d’être discret en disséquant une statue mais si le butin a été retrouvé la tête manquait à l’appel. Jusqu’au jour où elle réapparut coincée entre les racines d’un arbre qui avait bourgeonné là où la tête avait été tristement abandonnée.

Bon apparemment c’était pas le seul à avoir cette idée vu le nombre de Bouddha sans tête dans le Wat 2.

Alors Wat 3 est le plus bling bling de tous. Tellement blanc qu’avec le soleil on dirait un miroir géant et que la température augmente de 5 degrés d’après une estimation personnelle dès qu’on s’en approche.

Tellement bling que ça mérite un selfie même si bon le temple éclipse un peu mon éclat.

Le Wat numéro 4 est le plus impressionnant et le plus important à Ayutthaya : il contient les reliques de rois thaïlandais du coup on a pas le droit de monter dessus pour faire des photos.

Après une sieste, un dîner, une douche, pas forcément dans cet ordre soirée dans les hauteurs de Bangkok...

36
Bangkok

Une journée au marché

Le marché de Chatuchak est le plus grand de Bangkok et du coup on y trouve absolument tout du milkshake à la coco aux dessous de plats brodés en passant par les aspirateurs, les t shirts I love Bangkok et même les écrous dernier cri.

Ce qui est super en Thaïlande c’est que les thaïlandais pensent à tous les petits détails sauf le papier toilette mais c’est une autre histoire genre prévoir un coin repos pour les épuisés du shopping.

J’ai pas acheté grand chose à part des nems dégustés à la thaïlandaise : en marchant.

37
Bangkok

Sunday Funday

Dernière journée à Bangkok : smoothie et pool party on se refuse rien c’est le week-end.

Après avoir passé 6 bonnes heures au bord de la piscine pas le choix j’avais rendu ma chambre et sortir affronter la chaleur de Bangkok est impossible sans une douche en perspective.

Alors que la nuit tombe, direction la gare pour aller prendre le train couchette. À première vue l’ambiance dortoir paraît conviviale et propice à un sommeil réparateur.

Impression que ne vient pas démentir la couchette confortable et spacieuse j’avais l impression d’être dans une hutte et dotée d’une intimité fort plaisante.

Mais en vrai en 14h de train j’ai réussi à fermer l’œil 2 petites heures tellement les grincements sinistres des rails et les secousses violentes du wagon me faisaient à la fois un peu flipper et beaucoup me retourner.

38
Chiang Mai

On dirait le Nord

Bon une fois la couchette repliée à 7h30 du mat j’ai trouvé ça un peu rude mais vu que j’allais pas faire la grasse mat dans tous les cas on est d’accord les paysages sont magnifiques et on file figure de style hein ils ont pas le tgv en Thaïlande et ça se sent à travers la jungle aucune idée de si c’est correct géographiquement mais j’ai trouvé ça junglesque et les arbres immenses.

À 8h30 c’est l’heure du petit dej et hier soir quand la vendeuse du wagon-restaurant est venue me demander de choisir mon menu j’ai fatiguée sûrement choisi l’option thaï soit une soupe de riz au poulet. On notera que la voisine a sagement opté pour des œufs au plats avec des toasts.

Mais bon j’ai tout mangé et arrivées la voisine et moi du coup qui avons fait connaissance en essayant de différencier nos sacs à dos parce qu’elle avait l’air de flipper que je veuilles échanger mes vêtements avec les siens à Chiang Mai on embarque dans un tuk tuk pour rejoindre la vieille ville.

Du coup Chiang Mai c’est super mignon, une ville de province au centre ville chic et propret comme Aix-en-Provence un peu mais avec 15 degrés, de la mangue et des sourires en plus.

Balade dans la ville : y’a des canaux, un mur d’enceinte, des portes en gros plus ou moins comme toutes les villes un peu anciennes dans le monde mais c’est quand même trop mignon j’adore.

Et puis surprise ! What ?? Ouais Wat. Un Wat. Un temple quoi. Cela fait plusieurs jours que ce petit calembour tourne en boucle dans ma tête à chaque fois que je passe devant un temple c’est à dire très souvent, j’espère que l’avoir extériorisé par écrit me soulagera.

Je prends pas tous les temples en photo parce que y’en a vraiment beaucoup/ au bout d’un moment j’ai l’impression que c’est toujours les mêmes.

Mais ce dragon méritait une place de choix oui de choix sur internet j’ai donc choisi ce blog hein .

Et ces demi-éléphants dorés aussi.

Bon j’avoue j’ai craqué j’ai quand même fait quelques photos avec les temples. Et avec les câbles électriques de Chiang Mai parce que comme dans toute la Thaïlande bah ils sont assez difficile à louper.

39
Chiang Mai

Escapade sportive

La vieille ville de Chiang Mai représentée ci dessous est apparemment idéale à découvrir à vélo.

Seulement quelques minutes après avoir quitté l’auberge je me rends compte que mon vélo fait des bruits bizarres du coup je m’arrête pour prendre une photo et vérifier avec mes compétence de mécaniciennes ce qu’il se passe. Mon expertise révèle que le pneu arrière est dégonflé. Direction un réparateur pour le faire regonfler mais le véritable expert me lance dans un anglais hésitant que cela ne risque de tenir que quelques minutes. Et bah il avait pas tort. 5 minutes après le pneu arrière explose.

Après 20 minutes à suer pour ramener le vélo dont le pneu pendouille lamentablement et à voir les regards amusés des thaïlandais qu’apparemment ça fait marrer de voir un touriste avec un vélo pété je l’échange contre un nouveau et c’est reparti la propriétaire du vélo l’a pris avec tellement de calme qu’à mon avis elle s’en doutait.

Bon et comme ça faisait longtemps : selfie exclusif post vélo à Chiang Mai.

Cette journée a si bien commencé que je continue sur ma lancée : on se lance avec Sabine et Céline pas une blague, apparemment ce sont des prénoms courants aux Pays Bas dans l’ascension ouais carrément du temple de Doi Suthep

309 marches !

Quand on arrive en haut il fait super couvert du coup la vue est moyenne d’ailleurs la Celine est tellement déçue de pas pouvoir faire sa nouvelle photo de profil qu’elle reviendra demain.

Mais le temple, lui(t) haha, brille de mille feux.

Et pour pouvoir décerner à cette journée le prix de l’excursion sportive en Thaïlande en même temps y’en a eu qu’une on finit par une balade dans la montagne et les cascades.

Sinon rien à voir mais ils vendent des sacs IKEA dans les rues de Chiang Mai.

Et dîner au marché pour fini cette journée en beauté.

40
Pai

Paï Paï ou bye bye

Derniers instants à Chiang Mai, j’en profite pour : flâner le long du canal,

prendre des photos étranges j’intitulerai celle ci « du tuk tuk au streetwear, la Thaïlande entre modernité et tradition »,

hésiter entre un repas mango tango ou carrément coco ils sont forts en restaurants à thème hein,

faire encore un selfie on s’en lasse pas et cette photo sera intitulée « entre narcissisme et souvenirs volés, le graal du voyageur solitaire ».

Après 3h de minibus dans des routes de montagnes apparemment y’a plus de 700 virages sur la route d’après les autorités thaïlandaises mais les syndicats \240annoncent 1200 que j’ai passées à enduire mes cheveux d’huile de coco désolée pour ceux qui avaient le mal de transport je sais pas si ça a aidé me voilà dans le village de Paï.

Tubing

Après une balade dans la ville et un milk shake rafraîchissant,

je me joins à mes colocataires pour quelques jours à une expédition de tubing. Quand ils m’ont expliqué j’avais pas trop compris à part que c’était « fun » et que ça impliquait une « river ». En gros on a passé 3h littéralement assis sur des grosses bouées à dériver lentement très lentement sur la rivière qui longe Paï. Malheureusement cette après midi ne sera pas documentée car nous avions tous laissés nos téléphones à l’auberge. Eau et technologie = pas amis.

Boiling water

Balade sur les routes aux alentours de Paï pour aller dans des sources chaudes.

Bon en fait ces premières sources étaient plutôt tièdes genre comme un bain qu’on a trop laissé refroidir avant d’entrer et que du coup on ajoute de l’eau ultra brûlante et que ça crame les pieds.

L’aventure continue pour aller dans des sources vraiment chaudes.

Et là c’est le top, l’eau commence à 33 degrés et de bassin en bassin on peut aller jusqu’à 37 degrés on dirait pas comme ça mais c’est très très très chaud.

Moi dans le bassin à 35 : j’ai l’air heureuse mais j’ai un peu chaud et pour le dernier bassin j’ai seulement pu y mettre les pieds.

Soirée tout aussi chaude à Paï...

41
Pai

Encore un plouf

Après un orage magistral, le ciel se découvre et on groupe de personne va passer l’après midi à la piscine avec vue sur un Bouddha blanc regardez bien au fond dans les montagnes.

Dernier coucher de soleil à Paï.

L’occasion de faire une dernière fois le tour du marché et de se régaler d’un festin.

42
Bangkok

WTF du dimanche

Après avoir repris la route aux 809 virages environ j’ai voulu compter mais je me suis endormie après le 7eme je prends l’avion pour Bangkok et je commence à m’interroger sur l’empreinte écologique de ce voyage mais surtout j’aimerais savoir si quelqu’un a déjà vu une carte d’embarquement comme celle-ci ? merci à la compagnie low cost Vietjet pour l’expérience.

Et si quelqu’un a déjà vu un immeuble aussi étroit que celui-là ?

Et si ces restaurants ont parfois des clients ou bien c’est juste parce qu’on est dimanche soir ?

43
Lijiang

Ni hao ça veut dire bonjour en chinois et c’est le premier mot d’un apprentissage fastidieux mais nécessaire comme le prouvera l’expérience.

La journée commence par un selfie à l’aéroport oui l’empreinte écologique je sais...

On retour à la figure de style du pluriel pour ne désigner qu’un seule personne mais qui a tous les droits ici : moi quitte le ciel brumeux de Bangkok.

Pour découvrir le magnifique ciel bleu chinois 🤩

Et ce qui est tout aussi magnifique c’est qu’à l’aéroport de Kunming ils ont des cabines à karaoke !!!!

J’arrive enfin dans la ville de Lijiang vous en avez jamais entendu parler c’est pas grave je vous raconterai tout et là, première confrontation avec la réalité de la Chine moderne.

La première étape logique est de se rendre à la guesthouse que j’ai réservé. Rien de plus simple il suffit de prendre la navette vers le centre ville. Pour cela acheter un billet de bus. Donc avoir des yuans. CQFD

Bon et là comme dans tous les aéroports on se dit qu’il va y avoir un distributeur de billets. Je cherche. Je cherche. Je ne trouve pas.

Du coup je me dirige vers le garde et je lui demande « Bank » - regard noir - « Bank, money ? » - d’un geste ferme il m’indique la sortie. Je sors.

Dehors pas plus de banque à l’horizon, je repasse les contrôles de sécurité et je décide de m’adresser au personnel de l’accueil qui m’accueille avec un grand sourire et m’annonce tout de go « no english ». Du coup là je commence un peu à stresser mais j’insiste « Bank, money, cash, ATM, bank ». Heureusement y’en a une des trois qui a saisi le mot ATM et qui m’indique une direction.

J’arrive donc au guichet de la banque agricole du Yunnan. Qui n’accepte pas les cartes internationales.

La je désespère carrément, je vais m’asseoir devant l’aeroport, j’essaie d’expliquer au chauffeur de bus que je n’ai pas d’argent. Il me répète 20 yuans. Je me dis que je vais dormir à l’aéroport si ça continue et que de tour façon demain matin le problème sera toujours le même.

Et j’aperçois une file de taxi. Ma dernière chance. Je recommence le dialogue de sourds en anglais, je sors mon téléphone pour traduire en chinois, ils n’ont pas l’air de comprendre. Du coup à la guerre comme à la guerre, je passe en langage des signes. Je sors ma carte bleue, je mime l’action de retirer de l’argent et je répète le nom de la ville. Miracle. On s’est compris.

Ni hao la Chine 😉

44
Lijiang

I’m an alien où du moins j’en ai l’impression vu comment la population chinoise me dévisage.

Je m’engage vers la vieille ville de Lijiang et au passage je remarque les monts enneigés qui entourent la ville.

La vieille ville est calme et bizarrement presque clinquante, c’est un dédale de petites ruelles pleines de boutiques au pied des montagnes.

Quelques petits ruisseaux entre les maisons.

Je m’apprête à déguster mon premier repas en commandant à l’aveugle au restaurant au dîner la veille j’ai eu la chance d’avoir le soutien d’un canadien qui parle chinois. Ce qui ressemblait à des champignons sur la photo s’avère être un mélange 50-50 avec des piments du coup à la fin du repas il devait rester bien 45% du plat dans l’assiette.

Je déambule dans les ruelles le long des anciennes bâtisses en bois et je décide de goûter une des spécialités de la région. Les biscuits aux fleurs.

Alors que je déguste ce délicieux macaron à la rose, on me tape sur l’épaule et vu que je connais personne à Lijiang ça m’a bien fait sursauter la vendeuse avait abandonné sa boutique et m’avait couru après pour me rendre la monnaie que j’avais oublié vu que je comprends pas les chiffres en chinois je donne un peu les billets au hasard et là j’avais l’impression que c’était le bon montant soit 4 yuans moins d’un euro. Et je suis saisie par son honnêteté et sa gentillesse !

Après avoir gravi les chemins tortueux de la ville, je m’arrête pour prendre le thé.

Et je rencontre un jeune tibétain qui ne parle pas un mot d’anglais comme ça parait être la norme ici et qui à coups de traducteurs en ligne interposés m’explique que c’est la première fois de sa vie qu’il converse avec un étranger et il trouve ça dingue.

Chinoiseries champêtres

Je traverse de nouveau la vieille ville de Lijiang pour aller prendre le bus qui me conduira jusqu’au petit village de Baisha.

Une fois arrivée, je commence à comprendre que les chinois loin de moi l’idée de faire des généralités bien sur ne sont pas des grands fans de la marche à pied et du soleil aussi du coup je marche seule rip Goldman sous le soleil de Baisha aussi parce que je crois que je suis descendue au mauvais arrêt.

Mais bon il y a quand même des maisons donc au pire je suis dans la banlieue de Baisha qui ne doit pas être très étendue non plus vu qu’on recense estimation visuelle par moi même maximum 80 habitants à Baisha.

Après avoir longé les deux rues principales je me trouve une terrasse ombragée petit café qui vend des vinyles et bar à cocktail le soir tenu par deux jeunes chinois pour lire tranquillement en sirtotant un jus de prunes spécialité de la région.

Et puis histoire d’ajouter une petite couche de culture à la journée ça faisait longtemps et puis c’est pas comme s’il y avait beaucoup d’autres choses à faire à Baisha je vais visiter l’ancien palais royal car Baisha a un jour été la capitale d’un royaume indépendant mais conquis par le grand Kubilai Khan.

J’en profite pour tester la technique photo observée chez des touristes chinois qui ne font du tourisme on dirait juste pour prendre des photos hautement Instagrammable qui leur rapporteront les compliments de leur famille et surtout plein de likes donc je pose mon téléphone en équilibre instable sur un tronc d’arbre et voilà !

45
Gorges du Saut du tigre

Aller plus haut et croire encore à l’avenir, pas si facile quand il fait 35° et que l’on se lance dans sa première randonnée.

Je me lève de bonne heure pour commencer une randonnée de 2 jours dans les gorges du saut du tigre nom très original issu d’une légende chinoise d’après laquelle un tigre aurait sauté d’un côté à l’autre de ces gorges cqfd. Il fait très beau et donc très chaud et le cœur léger je pars à l’assaut de ma première véritable randonnée.

Ça commence assez fort avec une pente raide et aucune ombre à l’horizon.

Mais comme le prouve ce selfie soyez prêts il y en a beaucoup à venir étant donné que c’est une distraction fort amusante quand on est seule dans la montagne je suis optimiste et pleine d’énergie ce matin.

On en profite pour se rappeler à quel point la communication même écrite est compliquée en Chine et on se dit que le gouvernement devrait peut être lever la censure sur Google translate parce que là le message est pas clair.

Je monte encore quelques heures et je me dis que je suis bien assez haut dans la montagne.

C’est un peu plus compliqué que je l’imaginais du coup fière de moi je reprends un selfie.

Bon après 4h de marche je commence un peu à désespérer surtout que je croise un couple qui me dit que le pire est à venir soit 28 virages tortueux et j’ai toujours pas mangé de la matinée du coup j’hésite entre faire demi tour ou juste dormir sous un arbre et faire cette randonnée en 6 jours au lieu de deux heureusement je croise une vieille chinoise qui vend des snickers et des nouilles lyophilisées donc je fais un festin et c’est reparti !

Je suis enfin en haut !!

Du coup après c’est plat : un soulagement physique et psychologie de taille.

Je me trouve quelques compagnons de route.

Et après presque 9h de marche j’arrive à l’auberge où je passe la nuit. La vue depuis la chambre est imbattable.

Dîner face à la montagne.

Bon à 8h le lendemain matin c’est reparti mais aujourd’hui le chemin est censé être facile car plat ou en descente c’était sans compter le vertige hein ils auraient pu prévenir parce que j’ai faill faire au moins 4 attaques cardiaques en chemin.

Du coup journée de travail sur moi même comme si l’effort physique était pas assez compliqué comme ça où je me retrouve à marcher seule sur des sentiers avec le vide très trop près de mes pas.

Je fais quand même un selfie courage ça se voit pas mais je suis près du précipice, le dos au vide, la peur dans les yeux et l’estomac noué.

Et puis histoire d’arranger le tout le chemin se transforme en rochers glissants et ils ont même eu la superbe idée de le faire passer sous une cascade.

Heureusement je viens à bout des derniers kilomètres même si croiser une chèvre morte dans un fossé m’a un peu donné envie d’appeler les secours pour une évacuation par hélicoptère.

Après une pause dans des toilettes chinoises typiques intimité, modernité et propreté mots d’ordres évidents je pars à l’assaut des gorges oui journée de défi personnel.

Du coup l’objectif est de descendre tout en bas là où coule le fleuve.

Vu que y’a des échelles pour descendre et beaucoup de vide, ma progression est très lente entrecoupée de moments d’introspection intense où je me demande où est la frontière entre plaisir et dépassement de soi.

Je descends la première mais au bout d’un moment trop c’est trop.

Du coup même sans avoir atteint le fond de la gorge, je remonte épanouie et heureuse d’avoir pour la première fois de ma vie marché plus de 14h en deux jours dans la montagne !!!

46
Shaxizhen

Oklm

Je quitte Lijiang pour Shaxi un village dont tout le monde me parle depuis quelques jours apparemment on y fait rien mais c’est bien. Le sac est posé dans le minibus et avec quelques courbatures je pars pour la campagne.

Je descends sur le bord d’une autouroute au milieu des rizières encouragée par les signes du chauffeur qui ont l’air de signifier que je suis bien arrivée à destination.

Le village a l’air désert... ce qui me donne envie de....

faire un selfie youhou admirez ce bronzage peaufiné à l’air pur des montagnes.

Bon en fait dans la rue principale y’a quand même quelques personnes et je m’arrête pour déjeuner. Moment idéal pour vous introduire ma coutume préférée pour l’instant en Chine : la théière que l’on remplit indéfiniment qui accompagne tout repas au restaurant !

Balade à la découverte des environs : l’inévitable place du village oui il n’y en a qu’une.

Et à peine quelques mètres plus loin déjà les rizières.

Avec les paysans qui travaillent d’arrache pied pour cueillir les jeunes pousses de riz il s’agit ici de fermes de graines c’est à dire qu’ils ne cultivent pas les plants de riz jusqu’à maturité juste jusqu’à ce qu’ils donnent des graines et ils les revendent ensuite à d’autres plantations ça ressemble pas vraiment à du riz pour l’instant mais c’est assez photogénique.

47
Shaxizhen

Sweet Shaxi

Vélo dans les rizières, balades ensoleillées, picnic au bord du lac, Shaxi est un village un peu comme tous les villages dans le monde. On s’y repose et ça fait du bien.

48
Shaxizhen

Douceur et volupthé

En compagnies de mes camarades de dortoir, je passe la journée à écouter Carol notre hôte une metteuse en scène originaire de Hong Kong qui a décidé de se mettre au vert en ouvrant une auberge à Shaxi nous détailler les différents procédés de fabrication du thé.

Tout en goûtant tous les thés de sa collection personnelle qu’elle nous sert dans les règles de l’art sur sa table à thé ndlr une table à thé en gros c’ et une table normale avec un siphon comme un évier ce qui permet de « vider » la table du thé qu’on met partout en servant.

Dernière soirée à Shaxi !

49
Dali

En route, mauvaise troupe !

C’est flanquée de deux compagnons de voyage particulièrement bavards que je pars pour la ville de Dali, après un trajet en bus mouvementé apparemment y’a une règle implicite en Chine qui est « dans un virage, après avoir klaxonné, je peux tourner en prenant la route à contre-sens » Dali nous accueille avec des jeux de lumières plutôt sympas.

Garanti 100% sans trucage, #nofilter, et même pas de minuteur.

Sans trucage aussi cette photo qui révèle l’enver du décor soit la difficulté de prendre des photos en Chine étant donné la densité touristique élevée.

Et un selfie de groupe pour terminer la journée on remarquera sur la droite le regard interrogateur d’un citoyen chinois a l’affût des pratiques étranges de nous autres occidentaux.

50
Dali

Private driver

Le programme de la journée : une balade autour du lac en scooter électrique les scooters traditionnels sont quasiment inexistant en Chine c’est super impressionnant parce que du coup malgré la quantité de deux roues c’est quasiment silencieux sur la roue mais vu que j’ai un peu la flemme et surtout la trouille de conduire j’ai trouvé un chaufffeur pour la journée. J’ai plus qu’à profiter des paysages.

Petite virée aux 3 pagodes, le symbole de la ville de Dali.

J’avais prévu mon maillot de bain mais aucun baigneur à l’horizon seulement quelques filets de pêche du coup je renonce à me jeter dans l’eau.

On passe l’après midi dans le village de Xizhou qui à part ces magnifiques fleurs de lotus n’a rien d’exceptionnel.

Ah si une porte ⛩

51
Dali

China Youth

Dernière journée à Dali et alors que je déambule dans la vieille ville,

je tombe par hasard sur la Dali Art Factory, une sorte de vieille usine réhabilitée avec des ateliers où des étudiants s’essaient à la tannerie, l’orfèvrerie, la couture, la peinture, la menuiserie, le design graphique...

Il y a même un studio d’enregistrement où un groupe peut être connu en tout cas ils m’ont défendu de les enregistrer mélange instruments traditionnels chinois et musique électronique. Un petit café, un bar, un antiquaire et au total un petit coin de paradis qui me fait penser aux Grands Voisins version chinoise...

À 21h direction la gare pour un train de nuit vers la ville de Kunmings comme vous pouvez le voir je suis super enthousiaste.

52
Kunming

4h40 in Kunming l’heure du crime ou de la loose à vous d’en juger en tou cas c’est l’heure où le train est arrivé.

Je ne sais pas pourquoi mais en Chine les trains ont la fâcheuse tendance d’arriver en avance ce qui est pas mal en général sauf quand on arrive à 4h40 au lieu de 5h ce qui est déjà très tôt pour découvrir une nouvelle ville mais vu que de toute façon je n’arrivais pas à dormir dans la couchette du haut placée à presque deux mètres du sol sans échelle il faut juste mettre les pieds sur les lits des voisins du dessous facile dans laquelle je ne pouvais pas non plus m’asseoir étant donné les 30cm entre le matelas et le plafond.

Quoiqu’il en soit, après avoir attendu le bus puis pris un taxi, on oui je n’étais pas seule dans cette folle aventure nocturne arrive à 6h dans l’auberge où aucune place n’est libre car logique mais fallait y penser les personnes devant libérer leur lit dorment encore. Après avoir tenté 2 autres auberges l’énergie du désespoir et la folle envie de dormir on finit par revenir à notre point de départ vers 8h et coup de chance les dormeurs étaient matinaux !

C’est donc après une sieste réparatrice de plusieurs heures que je découvre le Green Park en fait des mares infestées de végétation et que je chausse mes lunettes de soleil cernes non autorisées par la ligne éditoriale pour un magnifique selfie et une nouvelle pose avec une main négligemment passée dans les cheveux dont vous me direz des nouvelles.

Mais en revanche y’a des gens qui dansent, font du qi gong et dansent un peu partout c’est assez cool comme ambiance : détendue et second degré, y’en a même qui sont venus déguisés pour esquisser quelques pas de salsa chinoise.

Mais en revanche y’a des gens qui dansent, font du qi gong et dansent un peu partout c’est assez cool comme ambiance : détendue et second degré, y’en a même qui sont venus déguisés pour esquisser quelques pas de salsa chinoise.

Un peu de calme dans le temple de Yulong moitié bouddhiste moitié taoïste comme beaucoup de temples en Chine, c’est beau la coexistence.

Et pour finir un arrêt dans la vieille ville je sais pas pourquoi ils s’obstinent à appeler ça une vieille ville alors qu’absolument tout dedans y est 100% neuf et rénové avec des parapluies et des portes encore.

53
Kunming

Quand un échec cache une forêt

L’objectif du jour c’était d’aller visiter la forêt de pierres mais après 1h30 de bus et de métro en arrivant à la station de bus oui y’a beaucoup de bus mais c’est grand la Chine hein pour se rendre dans la ville de Shilin, je me rends compte que j’ai oublié mon passeport.

Pas de passeport, pas de bus. Pas de bus bah... pas de bus. Ouais en Chine il faut le passeport pour tout déplacement hors d’une ville : dans le train, dans les bus, dans les auberges partout le passeport histoire d’être sûr que le gouvernement sache vous trouver si besoin est...

Du coup re-bus et c’est pas la joie parce qu’entre la pollution et la gaieté des bâtiments à Kunming disons que le paysage qui défile est assez moyen vers une destination inconnue : une sorte de lac repéré sur la carte de la ville.

Du coup on arrive au lac qui est en fait la zone officielle de pique nique des familles Kunmingoises.

Et qui dit familles dit attractions du coup y’a un super téléphérique auquel bien sûr je ne peux pas résister qui permet d’avoir une vue assez étendue sur le lac et la pollution en option.

Puis petite balade en forêt pour redescendre tranquillement vers la ville !

54
Xian autonome yi de Shilin

Stone le monde est stoooone

Bon aujourd’hui je n’ai pas oublié mon passeport ouaaais \240du coup là même guichetière que la veille accepte de me vendre le ticket pour Shilin aka la forêt de pierres.

Comme prévu y’a plein de pierres c’est comme un labyrinthe géant j’adore.

Au début c’est marrant d’escalader et de se perdre dans les petits chemins et d’essayer de passer dans des cavités étroites ouais surtout avec un sac à dos.

Entre deux shootings photos avec des rochers je tombe nez à nez avec une famille de touristes chinois. La grand mère m’aperçoit en premier et attrape un énorme fou rire ce à quoi je réponds par un sourire gêné mais qui se veut respectueux suivi par une séance photo en règle car chaque membre de la famille même le grand père veut sa photo perso avec moi ce que j’accepte à contrecœur parce que c’est compliqué de s’enfuir en courant dans cette forêt de pierre.

En revanche après quelques heures à marcher entre des pierres et aussi à se faire photographier comme si on était déguisée en Mickey à l’entrée de Disneyland c’est vrai qu’on se lasse un peu du gris et puis surtout ça rend dingue on a l’impression de tourner en rond et d’être perdu vu que rien ne ressemble plus à une pierre qu’une autre pierre hein du coup on cherche la route avec l’énergie du désespoir pour retourner à la civilisation.

Et aussi parce que ça donne faim d’escalader : une bonne plâtrée de nouilles au bœuf ça se voit peut être pas sur la photo mais cette assiette est environ deux fois plus large que la circonférence de ma tête avec plein d’huile et plein de piment 🌶 oui y’a beaucoup d’huile dans le bouillon et apparemment c’est pour cela que l’on n’est pas censé boire ce bouillon, une fois que les nouilles sont englouties le reste va à la poubelle sauf pour les étrangers ignorants ce qui fait (encore une fois) bien marrer les chinois 😁.

55
Kunming

En transit

Je refais mon sac une fois de plus la taille finale étant sujette à mon humeur du jour et surtout à ma patience et je vais prendre un train rapide apparemment pour rejoindre Guilin.

Le guichetier après avoir passé 17 minutes à taper Sarah sur son clavier a décidé de laisser tomber l’affaire et il a donc complètement fait abstraction de mon nom de famille c’est presque la clandestinité attention. En revanche à la sécurité ils étaient en super forme vu \240qu’ils ont même repéré le logo « inflammable » sur ma crème solaire et qu’ils l’ont donc confisquée tout en me tenant la jambe en chinois pendant 8 minutes.

C’est cool parce que pendant tout le trajet on peut s’assurer que le chauffeur respecte les limitations de vitesse mais je suis un peu déçue on a pas dépassé les 205.

Et un beau coucher de soleil qui accompagne un peu les 7 heures de trajet et ouais même à 200km/h ça met du temps de traverser une région en Chine.

56
Guilin

Le tourisme à la chinoise

Ce qui est marrant en Chine c’est que pour booster l’attractivité d’un lieu touristique, les chinois n’hésitent jamais à y rajouter un storytelling poussé un peu comme Disneyland sauf que ça s’étend à tout le pays.

À Guilin, après avoir vu les deux pagodes de la Lune et du Soleil, je fais le tour du lac.

Et j’avoue je joue à la mannequin sur le pont c’est quand même pratique d’avoir un photographe officiel qui vous suit toute la journée.

Le deuxième haut lieu de la ville est la crique en forme d’éléphant libre à votre interprétation mais j’imagine que c’est la tête de l’éléphant en train de s’abreuver, c’est pas très clair et comme je vous le disais plus haut, pour rendre le truc plus sympa et maximiser le nombre de photos prises par les touristes les photos sont le truc le plus important pour les touristes chinois, source de beaucoup d’inventivité de leur part et aussi de nombreuses disputes de couples lorsque leur moitié n’a pas su capturer l’instant avec leur meilleur profil ils ont juste ajouté des statuts d’éléphants partout dans un rayon de 3km autour de la crique au cas où on n’aurait pas compris le thème.

Ici le spécimen statue d’éléphant musicien y’avait aussi les éléphants amoureux, les éléphanteaux, les éléphants qui jouent dans l’eau... pour que chacun y trouve son compte et moi qui m’adapte aux us et coutumes locales en faisant une photo choc pour prouver que oui, la crique éléphant, j’y étais !

57
Xian de Yangshuo

Disneyland part 2

La visite d’aujourd’hui tombe à pic pour étayer mes propos de la veille j’adore quand c’est si facile d’expliquer son opinion car l’autre point d’orgue de la ville de Guilin c’est une grotte immense où pendant la seconde guerre mondiale se seraient réfugiés plus de 1000 personnes. En arrivant on se rend compte qu’elle a été transformée en spectacle de sons et lumières.

Alors ouais c’est impressionnant et fun et aussi un peu bizarre mais on perd un peu la beauté naturelle de la grotte et ça devient un peu moins impressionnant tellement ça parait faux.

Ci-dessous : moi qui me demande si on devrait pas faire pareil à Lascaux surtout la bande-son pépiement d’oiseaux, j’adore.

En sortant je me rends compte que je suis également devenue une attraction en tout cas mes photos de touristes seront peut être dans l’album photos de plusieurs familles chinoises (ou sur le menu d’un restaurant de nouilles, qui sait...).

On toujours avec mon acolyte à la double casquette de chauffeur-photographe quitte Guilin en début d’après midi pour la ville de Yangshuo où l’on attend le bus pour l’auberge pendant un long moment et apparemment on a été chanceux. C’est aussi là que je découvre le concept de parasol/pluie pour scooter interdit par la loi mais tellement pratique.

En arrivant, belle surprise avec cette piscine qui nous attend et cette vue 🤩.

Bon et l’autre point important quand on visite la Chine c’est que ça se développe super vite et partout parce que le Yangshuo décrit dans le guide datant de 2013 comme un village paisible est en fait devenue une sorte de mini Las Vegas chinois au milieu des montagnes avec des dizaines de bars, clubs et une petite centaine d’hôtels.

58
Xian de Yangshuo

Yin et Yang une journée équilibrée

Aujourd’hui on oui je ne conduis toujours pas part à la découverte des pics karstiques de Yangshuo j’ai pas très bien compris mais en gros c’est un gros tas de mineraux qui sont solubles au contact de certains acides qui sont contenus dans la pluie, du coup y’a super longtemps c’était peut être 2 ou 3 grosses montagnes mais au bout de plusieurs millions d’années la pluie les a bien érodées et ça a fait plein de petits pics trop mignons.

Et comme il fait vraiment chaud, je finis la journée au bord de la piscine et des pics. Dans la tradition chinoises, les rochers ça inclut les montagnes et les collines et tout ça hein représentent le yang et les bassins on comptera les piscines et les rivières pour faciliter la démonstration le yin. Dans un décor comme celui-ci, le yin et le yang sont réunis pour une parfaite harmonie 👌.

Je laisse un peu de répit au chauffeur-photographe vu qu’il est en double file sur le pont en train de m’attendre et je fais un selfie !

On reprend la route pour aller à la colline de la Lune bon en fait on voulait aller faire une croisière en bateau mais on a pas trouvé le bon endroit et vu que le scooter électrique a une autonomie de 60km on peut pas non plus se lâcher sur l’itinéraire.

Pour arriver au sommet de la colline, c’est comme à peu près dans toutes les collines et montagnes chinoises pour les rendre plus accessibles il parait que des marches. Alors oui, certes c’est pavé donc plus facile qu’un chemin de randonnée en terre mais bon une demi heure dans des escaliers c’est quand même compliqué.

Heureusement la vue est pas mal du coup je m’asseoie un peu en espérant sécher mais même au sommet il fait 35degres et pas de vent à l’horizon.

La meilleure solution pour se rafraîchir c’est de sauter dans la rivière !

J’en profite également pour tester encore une nouvelle pose de selfie j’aimerais arriver au niveau des jeunes chinoises qui ont en réserve minimum 34 poses différentes juste pour le selfie.

Et comme il fait vraiment chaud, je finis la journée au bord de la piscine et des pics. Dans la tradition chinoises, les rochers ça inclut les montagnes et les collines et tout ça hein représentent le yang et les bassins on comptera les piscines et les rivières pour faciliter la démonstration le yin. Dans un décor comme celui-ci, le yin et le yang sont réunis pour une parfaite harmonie 👌

Et un petit tour de Yangshuo by night.

59
Xian de Yangshuo

Le bambou ça flotte

Parée d’un magnifique gilet de sauvetage, me voilà prête à dévaler la rivière Li sur un radeau en bambou.

Au début je pensais que ce serait une vague imitation du bambou comme je l’ai déjà vu en Thaïlande mais non 🎋🎋

Le nombre de radeaux ne laisse aucun doute sur la popularité de Yangshuo dans le cœur des touristes.

Heureusement on arrive finalement à trouver un peu de calme le long de la rivière.

Et malgré le ciel embrumé les paysages sont magnifiques !

Après cette matinée complètement exténuante hein sur la rivière, je vais profiter d’un massage des pieds qui fait quand même un peu mal mais la masseuse me sourit quand je grimace tout en me disant de reprendre du thé donc ça va et du dos et malgré mon impression d’avoir un dos détendu et en pleine forme la masseuse s’exclame que c’est tout tendu et en guise d’explication me répète « IPhone, IPhone » en revenant je n’ai qu’une envie : dormir !

60
Xian de Yangshuo

En attendant la tempête

Malgré les prévisions météorologiques assez désastreuses il est censé pleuvoir toute la journée avec des orages en prime on décide de suivre le célèbre adage « en Chine, consulter la météo n’est d’aucune aide » et de partir quand même à l’abventure et oui c’est plus facile quand c’est pas moi qui conduit.

Sur le chemin je m’inquiète quand même un peu parce que je vois aucun endroit où s’abriter en cas d’arrêt stratégique.

On arrive finalement au sec à Xingjping décrit par le guide Lonely Planet comme un village de pêcheurs typique de la région qui est en fait le point de départ de centaines de croisières par jour sur la rivière Li et j’ai pas vu un seul pêcheur snif 😢.

Du coup on traverse la rivière sur un bac avec le scooter dessus oui ! en se disant que y’aura peut-être moins de monde de l’autre côté.

En effet y’a moins de monde ce qui parait normal vu que la route en question ressemble plus à la terre de Roland Garros après un orage qu’à du goudron.

Mais après un trajet long et fastidieux dont une partie à pieds en tirant le scooter ça vaut le coup parce qu’on arrive enfin sur des routes désertes avec des paysages magnifiques.

Et puis même si le ciel est toujours d’une couleur douteuse entre le blanc et le gris et qu’il efface parfois les montagnes, pas une goutte de pluie de la journée !

Et au menu du dîner ce soir mon coup de gueule écologique ouais et c’est de pire en pire du jour : la vaisselle emballée individuellement après chaque lavage au restaurant. D’après ma fine analyse c’est une sorte de garantie pour le client que la vaisselle n’a pas été lavée au robinet eau non potable que même les chinois font bouillir avant consommation mais bon ça fait quand même beaucoup de plastique non ?

61
Xian de Yangshuo

Escalade en montagne

Pour un dimanche tout repos, lever à 8h pour aller escalader un de ces fameux pics. C’est à la fois excitant certains parcours m’ont fait escalader plus de 30 mètres, effrayant ouais j’ai toujours le vertige et parfois en regardant en bas je me suis mise à pleurer en criant « i want to go dooooown » au moniteur qui voulait quand même que je continue parce qu’il me trouvait très à l’aise aha, éprouvant je vous raconte pas les litres de transpirations et les courbatures le lendemain et super stimulant parce qu’il faut toujours observer pour trouver où poser son pieds, accrocher sa main donc ça demande pas mal de concentration !

Du coup après j’ai décidé que j’en avais assez fait pour là journée et j’ai fini la semaine à la piscine 😎.

62
Shanghai

Hello World et du monde y’en a à Shanghai !

Après avoir attendu 4h à l’aeroport de Guilin en m’empiffrant de chips saveur concombre oui, ça existe et oui, c’est plutôt bon, j’embarque pour Shanghai !

Je découvre la ville à la nuit tombée et je peux déjà vous dire que c’est impressionnant tellement c’est immense !!

Balade le long du fleuve illuminé et bien sûr je ne pouvais pas l’éviter...

le selfie avec la Tour de la Radio j’y étais pour de vrai je sais pas pourquoi mais entre l’obscurité, les néons et l’angle flatteur de la photo on dirait un peu un montage, symbole de Shanghai, tour la plus haute d’Asie et la troisième plus haute du monde à vérifier hein parce que je ne sais pas de quand datent ces infos et l’expérience a prouvé que le monde se développe plus vite que les rééditions de guides sur la Chine.

63
Shanghai

Surprises

Shanghai est définitivement étonnante :

- déjà c’est encore plus immense que ce que je pensais ndlr c’est à dire moi une vérification sur Google a permis de conforter mon impression : plus de 6000km carrés soit près de 60 fois la taille de Paris, on se sent tout petit...

- mais c’est étonnement silencieux oui je vous jure, quand on sort dans la rue il n’y a pas ce brouhaha des voitures et des voix que je pensais caractéristique des villes grâce aux véhicules presque tous électriques ou bien du à la taille des rues tellement larges que le son des voix ne trouve pas où rebondir ?

- je n’ai jamais vu autant de Starbucks de ma vie, c’est simple y’en a un tous les 200 mètres j’y croyais pas mais après une rapide recherche sur Google, Shanghai est en effet la ville qui compte le plus de sarbucks au monde : environ 600, c’est Mao qui serait ravi...

- c’est super pollué en témoigne le magnifique ciel couleur craie qui cache la vue !

La réalité : 2800 personnes au métre cube

Et moi je me lance dans la rue Nanjing supposément la plus grande rue commerciale d’Asie et la plus ancienne car son succès remonte aux années 30.

Y’a des dizaines et des dizaines de centres commerciaux sur presque 2 kilomètres mais ils ont pas tous l’air de dernière fraîcheur hein.

Puis je m’aventure dans un parc où beaucoup jouent aux cartes, aux dominos et au Mah Jong vous remarquerez que y’a que des hommes.

Ci-dessous une œuvre personnelle : autoportrait sur fond vert.

Et j’ai remarqué en sortant l’institut d’urbanisme, ce qui à première vue signifie que y’a quand même un projet derrière la construction de Shanghai et j’aurais peut être dû le visiter parce que ça m’a pas sauté aux yeux leur ruban planning hein.

C’est quoi le rapport ? Pourquoi on construit des immeubles de 45 étages à côté d’une maison qui date des concessions européennes à Shanghai ?

Pourquoi on construit des HLM enfin j’espère que c’est pas cher, en vrai j’en sais rien c’est peut être une résidence luxueuse 🤔 au pied de la vielle ville ??

Bref après toutes ces incompréhensions et parce que j’en avais marre de marcher, je craque pour mon petit péché mignon : les bus rouges pour visiter la ville et je me fais juger du regard au passage par la touriste derrière moi.

J’arrive à la vieille ville purement et simplement transformée en centre commercial géant.

Ce que j’attendais :

La réalité : moins pittoresque mais sûrement plus proche de la réalité démographique de la ville.

J’en profite pour créer une scène de ménage en demandant à un chinois d’âge moyen de me prendre en photo ce qui a apparemment pas plu du tout à sa femme qui trouvait qu’il mettait trop de temps et d’application en me rendant ce service alors qu’elle même n’avait eu droit qu’à des photos fort peu satisfaisantes.

Du coup je vais prendre mes photos toute seule hein.

Y’a aussi des poissons ultra gros et gras qui se battent violemment pour des miettes de pain littéralement.

Je repasse à la technique du selfie 🤳

Et je continue ma route vers les petites allées de Tianzifang.

Et je finis par le quartier de Xiantiandi où plein d’expats se retrouvent.

Et pour rentrer dormir je reprends le bateau 🙃

64
Shanghai

Abondance (une journée placée sous le signe de)

Le soleil se lève sur Shanghai, ses temples et ses centres commerciaux.

Je passe jeter un petit coup d’oeil à la rue piétonne de Nanjing à la nuit tombée et jem

Et puis je pensais aller me balader dans un petit quartier sympa ambiance petites maisons et boutiques trendy mais comme on est à Shanghai l’ambiance c’est plutôt food court

et centres commerciaux au cas où on aurait envie de s’acheter une bague Cartier comme ça en passant.

Je teste une énorme boulette de riz fourrée aux légumes et aux croûtons je sais pas trop pourquoi et c’est délicieux !

Et j’arrive à l’objectif de ma journée : un massage de pied on se motive comme on peut hein et là on m’annonce que c’est l’happy hour ah bon y’a pas beaucoup de gens qui viennent se faire masser vers 15h du coup pour le même prix c’est 2h au lieu d’une j’adore 😍.

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? C’est aussi à manger et à boire à volonté alors j’hésite pas en fait j’ai pas vraiment compris comment on mange en se faisant masser c’est un peu galère la coordination de ces deux activités.

Détendue et reposée je reprends ma route entre les centres commerciaux.

Direction le temple du Bouddha de jade que vous ne pourrez malheureusement pas admirer vu que c’est à 90% du temps interdit de photographier les statues de Bouddha.

Après avoir longé un terrain vague en travaux et souri aux ouvriers interrogateurs.

J’arrive au M50, une ancienne zone industrielle qui a été reconvertie en galeries d’arts et ateliers. Y’a pas grand monde à part la dizaine de policiers qui surveille les lieux : une expo sur les réfugiés en Italie et une sur les bidonvilles de Cape Town faudrait pas non plus qu’on commence à parler de la Chine hein.

Bon j’ai quand même repéré une œuvre super subversive enfin j’espère qu’elle est second degré.

Complètement inspirée par cette ambiance alternative j’ose me lancer dans un selfie miroir.

Je passe jeter un petit coup d’oeil à la rue piétonne de Nanjing à la nuit tombée et je me dis que les chinois n’ont pas besoin de rêver de New-York, Shanghai est toute aussi impressionnante.

Des lumières et des gens.

65
Suzhou

Copyright

Je me lance à la découverte de Suzhou, une « petite » ce qui en gros en Chine n’a aucun rapport avec la signification habituelle du mot petit ville non loin de Shanghai 32mn de train à plus de 200km/h rapide calcul de tête hein décrite comme la Venise de l’Asie vu que je suis jamais allée à Venise ça m’a tentée.

J’ai commencé par la visite d’un palais où y avait un mini lac et un ruisseau vous observerez une fois de plus l’équilibre yin et yang entre profondeur aquatique et hauteurs minérales.

Et le selfie le plus chinois du voyage avec le pont et la pagode en arrière plan.

Bon après premier moment de perplexité de la journée quand j’arrive au pont le plus connu de la ville soit y’a une prouesse architecturale que je n’ai malheureusement pas réussi à déceler soit le rédacteur de l’édition Lonely Planet de 2013 sur la Chine est quelqu’un de très très facilement enthousiaste (qui mérite peut être une interdiction de séjour à Venise).

Mais je garde la pêche et je prends la résolution de lancer une pétition contre l’utilisation diffamatoire des noms des villes et je le dirige vers un temple confucéen enfin au début je me suis trompée de porte et je crois que le gardien a pas compris pourquoi je voulais entrer dans une école primaire et surtout pourquoi j’étais aussi déçue qu’il me dise non et que j’insiste et je tombe nez à nez avec Confucius himself.

Et là je fais aussi une superbe découverte : c’est la carte de Chine disons la côte est de la république démocratique chinoise actuelle la plus ancienne qui existe, elle a été gravée sur du marbre il y a des siècles j’ai oublié quand mais j’avais trouvé ça vachement ancien aha.

Pour finir j’arrive enfin au cœur du sujet : les canaux. Du coup mon avis d’expert qui n’a jamais vu Venise en vrai : ça ressemble pas à Venise. Du tout. C’est ça le problème avec la publicité mensongère si on m’avait juste décrit des canaux paisibles j’aurais sûrement été enchantée on est toujours un peu déçu...

Après c’est quand même sympa de manger au bord de l’eau pour la deuxième fois de mon voyage j’ai trouvé des raviolis au boeuf ouaaais.

Et les quelques rues autour du vieux canal sont plutôt agréables.

En marchant vers la gare plus longtemps que prévu parce que l’évaluation des distances dans une ville chinoise n’est pas aisée, un dernier regard vers un canal qui fait la taille d’une autoroute pour conclure que chercher Venise en Chine ça n’a finalement aucun sens.

66
Shanghai

Prendre le train ou ne pas prendre le train telle est la question

Après m’être levée tôt, sans petit-déjeuner première erreur de la journée et avoir pris un taxi deuxième erreur ce qui a en fait pris 3 fois plus de temps que le métro ouais les embouteillages à Shanghai c’est que du bonheur j’achète mon ticket de train pour Pékin. Il est 12h05.

Ravie d’avoir pu arriver à l’heure je décide de m’octroyer un passage rapide par la case déjeuner troisième erreur fatale celle-là et je m’arrête dans un KFC trop envie de nuggets. Il est 12h13.

C’est pendant ces 7 petites minutes que j’ai réussi à perdre mon billet de train. Je retourne inspecte le sol du KFC, de la billetterie, le passage clouté mais rien.

7 minutes pour perdre 70 euros, rater le train, apprendre que le prochain est dans 4h30 dans une autre gare à l’autre bout de la ville. Pour m’apaiser j’ai mangé des nuggets et j’ai réfléchi aux mesures à prendre pour éviter ce genre de déconvenue : ne plus jamais prendre le train et/ou ne plus jamais manger de nuggets.

Mais comme la vie est bien faite, en arrivant dans la gare de Hongiao après 1h de métro sinon c’est pas marrant j’ai eu l’immense joie de découvrir une formidable innovation technologique : le plan des toilettes de la gare avec statut d’occupation en temps réel. Ça aurait été dommage de louper ça, non ?

Quand j’arrive enfin à Pékin il est tard et je finis donc cette journée avec un plat acheté au 7-eleven un délice garanti sans nuggets 🤓.

67
PΓ©kin

À taille humaine

Dès mes premiers pas dans la ville, Pékin me plait déjà, ses petites maisons en briques, les immeubles bas et ses portiques colorés à l’entrée de chaque quartier !